Intégration des médiévistes

« Oyez, Oyez ! Le Moyen Âge arrive ! »

ZôToulouse s’ouvre à la période médiévale !

Pourquoi intégrer l’époque médiévale ?

Contrairement aux idées reçues, la Renaissance n’a pas constitué une rupture brutale avec un âge de ténèbres dominé par l’ignorance et la barbarie. Ce sont les humanistes italiens qui l’ont présenté comme tel afin de se différencier des générations précédentes et de donner le sentiment qu’ils étaient les initiateurs d’une culture nouvelle et libératrice pour l’esprit humain. En réalité, il n’y a pas eu de coupure brutale entre le Moyen Âge et l’époque moderne, mais une lente transition comme l’a montré le médiéviste Jacques Le Goff dans Un long Moyen Âge1 et Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?2. De fait, de nombreux ouvrages portent sur les deux périodes, et 1492 ne marque en rien une rupture dans l’histoire du Midi toulousain. C’est ce qu’avaient perçu les initiateurs du projet de bibliographie collective, qui lui avaient préféré la date de 1463 (celle du grand incendie de Toulouse et du début de l’essor de l’économie du pastel) pour servir de borne chronologique en aval. Cependant, l’aire géographique concernée pour l’époque moderne correspond au ressort du Parlement de Toulouse, créé en 1444, ce qui nous conduit aujourd’hui à retenir cette borne chronologique plutôt que celle de 1463. Remonter le temps en amont de 1444 pour intégrer la période médiévale implique alors de proposer de nouvelles limites géographiques et chronologiques, en retenant plutôt celles du Languedoc médiéval.

Qu’est-ce que le Languedoc au Moyen Âge ?

Les limites du Languedoc médiéval sont un sujet de débat épineux pour les historiens médiévistes. La situation politique de la région évolue drastiquement au cours du Moyen Âge : du XIème au XIIIème siècle, le Languedoc est indépendant de fait du pouvoir royal et est divisé en plusieurs comtés et vicomtés dominés par des grandes familles féodales (comtes de Toulouse, de Foix, de Rodez, vicomtes de Narbonne, vicomtés Trencavel, etc.). La plus puissante d’entre elles, celle des comtes de Toulouse, essaiera durant deux siècles d’unir cet espace politique morcelé, en compétition avec la famille rivale des comtes de Barcelone puis rois d’Aragon. La principauté toulousaine est ainsi la structure originelle unifiant le Languedoc en un espace géographique et politique distinct. Cette principauté n’ayant de véritable existence qu’à partir du XIe siècle, cela tiendra lieu de borne chronologique pour le projet ZôToulouse. Pour la définition géographique du Languedoc sous l’influence de la dynastie toulousaine, nous nous en remettrons à l’article écrit par Jean-Loup Abbé sur le site des Archives Départementales de l’Hérault :

– Les domaines propres des comtés de Toulouse : les comtés de Toulouse, Rouergue, Saint-Gilles, l’Argence et Beaucaire.

– Les comtés sur lesquels ils revendiquent des droits et exercent leur influence : Albi, Carcassonne, Razès, Narbonne, Béziers, Agde, Melgueil, Nîmes, Uzès, Velay, Vivarais.

Elie Pélaquier, 2007

Après la croisade albigeoise et le mariage de la fille unique du comte de Toulouse Raimond VII au frère du roi de France Alphonse de Poitiers, les comtés indépendants disparaissent et le Languedoc devient partie intégrante du domaine royal en 1271. Celui-ci est séparé en plusieurs sénéchaussées qui établissent de nouvelles délimitations administratives, et nous pouvons ainsi les utiliser pour définir le territoire Languedocien de la fin du XIIIème siècle jusqu’à l’époque moderne. Nous suivrons là aussi la définition de Jean-Loup Abbé, qui inclut les sénéchaussées de :

– Beaucaire, avec son extension du Vivarais.

– Carcassonne, avec ses agrandissements du XIIIe siècle. Le comté de Foix eut ses propres États et reste hors du Languedoc à ce titre, mais il est inclus dans le comté de Toulouse jusqu’au début du XIe siècle et figure donc avec ce dernier.

– Toulouse, dont les limites ont changé plusieurs fois. Le ressort de 1469, quasi définitif, a été pris en compte, fixant la limite occidentale, à quelques détails près, sur la Garonne, alors que le comté était plus étendu.

– Quercy et Rouergue, comtés importants des États toulousains de l’époque féodale.

Elie Pelaquier, 2007

  1. Le Goff Jacques, Un long Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2004, 258 p. []
  2. Le Goff Jacques, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Seuil, 2014, 207 p. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *