Le projet

CC WikiArt - Henri Matisse, 1890

CC WikiArt – Henri Matisse, 1890

« De la prospection documentaire à l’écriture de l’histoire, le temps où il était possible à un historien de refuser l’usage de l’informatique est bel et bien derrière nous1 ». Ce constat n’est pas neuf et émane d’un article de 2011 écrit par Franziska Heimburger et Emilien Ruiz, deux historiens précurseurs des humanités numériques appliquées à l’histoire. Lancé par quatre jeunes étudiants-chercheurs de l’université Toulouse – Jean Jaurès inspirés par le travail de Franziska Heimburger sur la Première Guerre mondiale, le projet ZôToulouse s’est donné pour but de créer une bibliographie collective et participative sur l’histoire moderne et contemporaine de Toulouse et de sa région.

Un projet collectif basé sur le logiciel de bibliographie Zotero

Qu’est-ce qu’une bibliographie collective ? Quels sont les outils nécessaires à l’élaboration d’un tel projet? Petit point technique : réaliser une bibliographie collective ne peut se faire qu’à partir d’un outil commun, ici le logiciel Zotero. Il s’agit d’un logiciel gratuit et open-source permettant de créer des notices bibliographiques automatisées à partir des méta-données récupérées sur des sites internet tels que des catalogues de bibliothèques ou d’archives2. téléchargement (1)Une fois ces notices créées, il permet de les classer et de les agréger pour réaliser une bibliographie qui peut être collaborative quand plusieurs utilisateurs mettent en commun leurs notices. L’ensemble permet de faire évoluer en temps réel les avancées des bibliographies de chaque chercheur. Il s’agit donc d’une veille scientifique d’une nouvelle génération : une veille scientifique collective.

Pour une bibliographie collective de Toulouse, du ressort de l’ancien Parlement à la nouvelle région

Le projet ZôToulouse souhaite centraliser la documentation disponible à propos de l’histoire de Toulouse et de sa région pour faciliter la recherche des jeunes historiens et chercheurs confirmés, tout en suscitant de nouvelles pistes de réflexion. Il permettra aussi de montrer le dynamisme de la recherche des étudiants de master en intégrant leurs travaux de recherche, « littérature grise » souvent de qualité mais n’ayant aucune visibilité en dehors des bibliothèques spécialisées des universités. Il vise enfin à impulser un regain d’intérêt pour les recherches sur l’aire géographique languedocienne.

Étudiants en histoire moderne et contemporaine, nous avons choisi de regrouper dans ce projet les seuls ouvrages et études consacrés à ces deux périodes. Nous avons défini deux limites chronologiques propres à l’espace que nous souhaitons étudier : la borne en amont est placée en 1463, soit l’année du grand incendie de Toulouse et du début de l’essor de l’économie du pastel. Par ailleurs, nous avons pris le parti de ne pas déterminer une borne en aval : il nous semble important de garder une relative flexibilité et ne pas exclure les études relevant de l’histoire du temps présent. À terme, il est même envisagé de collaborer avec des médiévistes et antiquisants afin d’agréger les nombreux et riches travaux concernant ces périodes. Ainsi l’équipe souhaite-t-elle créer une dynamique régionale autour de ce projet et y intégrer des chercheurs des différentes universités du territoire.

L’espace géographique concerné par ce projet est celui du ressort du Parlement de Toulouse pour la période moderne, correspondant en grande partie à celui de la nouvelle région « Occitanie – Pyrénées-Méditerranée ». Nous avons ainsi décidé de faire primer le découpage judiciaire et administratif. Toulouse est le siège d’un Parlement au ressort vaste (d’une partie des Landes à l’Ardèche) à partir de 1443 et polarise, au moins juridiquement, tout l’espace du ressort en question. Par ailleurs, la « ville rose » est la capitale de la nouvelle région depuis le 1er janvier 2016 et, à ce titre, polarise politiquement les départements formant cette nouvelle entité.

 

  1. HEIMBURGER Franziska et RUIZ Emilien, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2011/5 (n° 58-4bis), p. 70-89. []
  2. Franziska Heimburger et le groupe d’étude « First World War Studies » sont à l’initiative d’un groupe Zotero sur la Première Guerre mondiale particulièrement développé.
    Nous vous proposons aussi de visionner l’intervention de Franziska Heimburger du 13 juin 2013 à l’université de Toulouse II Jean Jaurès, sur la constitution de ce groupe. []