L’équipe

Qui sommes-nous ?

Initialement lancé par quatre étudiants de deuxième année de master recherche en histoire et civilisations moderne et contemporaine à l’université Toulouse – Jean Jaurès, le projet est maintenant composé de six jeunes chercheurs du laboratoire FRAMESPA :

  • Isabelle Laur, certifiée d’histoire et géographie, ayant obtenu le concours d’attachée de conservation du patrimoine en Archives en 2016, est actuellement étudiante en Master 2 de recherche en master de recherche en histoire moderne (master HCMC) sous la direction de Mme Sylvie Mouysset à l’université Toulouse – Jean Jaurès. Ses recherches portent sur une prosopographie des étudiants quercinois entre la fin du XVIe siècle et le début de la période révolutionnaire pour mettre en valeur les liens entre la société et l’université à l’époque moderne.
  • Michael Llopart, certifié d’histoire et géographie, il a soutenu en 2010 un mémoire de recherche à propos Les défis industriels et les mouvement sociaux en Haute-Garonne entre 1967 et 1978. Doctorant contractuel chargé d’enseignement à l’université Toulouse – Jean Jaurès, sous la direction de Jean-Marc Olivier, ses recherches portent actuellement sur l’histoire de l’Office National Industriel de l’Azote (1924-1967).
  • Mathilde Poivre, après deux années en droit et une dernière année de licence d’histoire, est actuellement étudiante en master de recherche en histoire contemporaine (master HCMC) à l’université Toulouse – Jean Jaurès sous la direction de Philippe Foro, ses recherches portent sur les pasteurs protestants de Toulouse au XIXe siècle.
  • Maïté Recasens, titulaire d’un master en histoire moderne, elle a soutenu en 2016 un mémoire de recherche à propos la mémoire des Guerres de Religion à Toulouse (XVIe-XIXe siècles). Doctorante contractuelle, financée par le laboratoire d’excellence Structuration des Mondes Sociaux, à l’université de Toulouse – Jean Jaurès sous la direction de Valérie Sottocasa, ses recherches portent sur l’articulation entre mémoires des Guerres de Religion et constructions identitaires dans les villes du Midi à l’époque moderne.
  • Clémentine Stunault, agrégée d’histoire et enseignante au lycée de Castres (81), elle a soutenu en 2009 un mémoire de recherche à propos l’essor du culte marial en Languedoc au XIIIe siècle. Doctorante à l’université Toulouse – Jean Jaurès sous la direction de Sophie Brouquet, ses recherches portent sur l’alimentation et les métiers de bouche à Toulouse au Moyen Âge.
  • Alexandre Vergos, titulaire d’un master en histoire médiévale, il a soutenu en 2016 un mémoire de recherche à propos des réseaux d’alliance et de parentés des seigneurs de Montpellier (1076-1204). Doctorant contractuel à l’université de Toulouse – Jean Jaurès sous la direction d’Hélène Debax, ses recherches portent sur les pôles de pouvoir et réseaux d’alliances dans le comté de Melgueil à la période féodale (XIe-XIIe siècles).

Un clin d’œil à la première équipe :

Zôtoulouse équipe© Alexandra Nou

De gauche à droite :
Hugues Raynaud, actuellement étudiant en seconde année de master recherche en Histoire moderne (master HCMC) sous la direction de Sylvie Mouysset à l’Université Toulouse -Jean Jaurès. Il travaille sur les correspondances féminines, entre Paris et Toulouse, au XVIIIe siècle. Il prépare également le CAPES d’histoire et géographie à l’université de Toulouse et ne participe donc plus activement au projet.
Maïté Recacens, titulaire d’un master recherche en Histoire moderne (master HCMC) sous la direction de Valérie Sottocasa à l’Université Toulouse -Jean Jaurès à propos de la mémoire des Guerres de Religion à Toulouse (XVIe-XIXe siècles). Elle prépare actuellement une thèse sur la mémoire des Guerres de Religion dans le Midi, toujours sous la direction de Valérie Sottocasa.
Guillaume Debat, ancien élève hypokhâgne, Khâgne, titulaire d’un master recherche en Histoire moderne (master HCMC) sous la direction de Valérie Sottocasa à l’Université Toulouse -Jean Jaurès, à propos des usages et les représentations de la guillotine dans le Midi toulousain et en Rouergue (1789-1799). Il prépare actuellement l’agrégation d’histoire et géographie à l’université de Lyon et ne participe donc plus activement au projet.
Florine Nou, ancienne élève hypokhâgne, Khâgne, titulaire d’un master recherche en Histoire contemporaine (master HCMC) sous la direction de Philippe Foro à l’Université Toulouse -Jean Jaurès, à propos des catholiques toulousains durant la Grande Guerre (1914-1918). Elle prépare actuellement l’agrégation d’histoire et géographie à l’université de Lyon et ne participe donc plus activement au projet.Avec la participation de Sébastien Poublanc, ingénieur de recherche en Humanités numériques au LabEx SMS.